Nouveau Site 

Bonjour à tous ! 

Le QG a ouvert son nouveau site à cette adresse : 

http://www.qgdujeuvideo.fr/

Veinez suivre nos aventures sur ce nouveau site avec pleins de nouveautés et toujours tant d’actualité rapide et efficace !!!! 

Publicités

Test : WonderBoy Dragon’s Trap

WonderBoy Dragon’s Trap


Plateformes : PlayStation 4, Xbox One et PC
Studio : Westone
Genre : Action - Plateforme 2D - 8Bit
Mode de jeu : Solo
Date de sortie : 18 avril 2017

Trailer officiel

« Veux-tu être ma WonderGirl ?« 

_1938003b

Faisant suite à l’article de mon cher et estimé collègue ArganThor, je vais vous parler en détail de ce que le Q.G a pensé de ce jeu et de la note qu’il convient de lui attribuer (selon nous, bien entendu ! Non, parce que j’en connais deux, trois qui se demandent sans doute d’où est-ce que l’on sort nos notes ? Et bah de nos têtes, tout simplement).

Vous le savez sans doute déjà (enfin je l’espère, sinon cela voudrait dire que vous n’avez pas lu l’article : ici), Wonder Boy Dragon’s Trap est un jeu qui est sorti en 1989 et qui refait son grand retour, autant pour les fans de la première heure que pour les ingénus (dont je faisais partie, je l’avoue) qui ne connaissaient pas le titre.

Je dois dire que ce fut une étonnante surprise, voir même une très bonne surprise.

Amateur de jeux de plateformes, je ne pouvais que me jeter dessus, et c’est vrai, j’ai pensé au début (à tort) que ça allait être encore un de ces vieux remix que les studios font ces dernières années ne sachant plus quoi inventer.

Et bien détrompez-vous ! Enfin, certes, c’est un remix d’un jeu sorti en 1989, c’est vrai, mais c’est un putain de bon remix. Les studios Westone ont réussi le pari de remettre au gout du jour un jeu 8Bit (comme dirait JDG, dont je suis un grand fan, ‘ah ah, il a dit bit’).

Bref, tout simplement, le passage d’un jeu aux graphismes modernes (graphismes vraiment très beaus soit dit en passant) au passage 8Bit, vous fera sans doute plaisir si vous êtes amateurs/rices de jeux rétros.

« Saute, Bas, Attaque, Saute, Bas blblblblblblblbl…« 

2857881-1582433145-Wonde

Quand est-il du GamePlay ?

Facile à prendre en main, c’est un jeu de plateforme, tout ce qu’il y a de plus normal. On avance, on saute, on se protège, on attaque. C’est très intuitif et rapide à prendre en main, donc c’est parfait. C’est tout ce que l’on demande à un jeu de plateforme de toute manière.

Après, pour les connaisseurs du jeu, on retrouve tout ce qui existait à l’époque. Honnêtement, rien n’a changé, tout a été amélioré !

On passe par différents types de GamePlay juste en changeant de forme : dragon (à distance), souris (qui s’accroche aux murs), etc…

Et justement, on ne se lasse jamais. Il y a toujours un style de jeu diffèrent qui donne envie de continuer et surtout de persévérer.

Pour les Wonder, les vrais !

Vous vous rappelez de la difficulté d’un Teenage Mutant Turtles Ninja sur Super Nes ou encore d’un Pugsley’s Scavenger hunt ?

Eh bien, si vous choisissez de monter la difficulté au maximum (comme je l’ai fait), vous n’allez pas être déçu, je vous le dis.

A partir de la difficulté maximum, le jeu tourne vraiment en Try and Die  ! Vous n’avez pas de répit ! JAMAIS ! Sans parler de l’achat des cœurs qui coûte la peau des fesses… 20 pièces d’or pour 1 cœur, 45 pour 2, etc…

De plus, un petit sablier apparaît à côté de votre vie et se met à aspirer vos cœurs environ toutes les 10, 15 secondes. Déjà que dès qu’un ennemi vous touche, vous perdez ½ cœur, alors avec le sablier, ça devient vraiment hardcore ! Vous aurez intérêt à vous accrocher à votre canapé.

En bref, je vous conseille ce jeu de tout cœur. Vous allez vous arracher les cheveux si vous jouez en difficulté maximum, mais il en vaut la peine. Et de toute façon je n’ai plus de cheveux alors, dans mon cas, je suis sauvé !

WonderBoyTheDragonsTrap-B014

NOTE DU Q.G : 17/20

Points positifs Points négatifs
53327 Un remix qui redonne confiance au remaster des jeux

53327 Un GamePlay varié et génial

53327 Des graphismes remis à jour et une version 8Bit pour les nostalgiques ainsi qu’une bande son fantastique

53327 Une difficulté à vous faire rager, mais on aime ça

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Un rachat de cœur qui coute trop cher

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Rien de nouveau (mais c’est pas grave)

Prochaine sortie : Wonderboy The Dragon’s Trap

Plateformes : PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch
Studio : Lizardcube - DotEmu
Genre : Plate-Forme / Action /Aventure
Mode de jeu : Solo
Date de sortie :18 avril 2017

Trailer Officiel

« 1,2, 3 Transformes toi ! »

Hello à tous ! Aujourd’hui place à un jeu pas comme les autres, j’ai nommé Wonderboy The Dragon’s Trap ! Dis comme ça, avec ce titre à l’anglaise, ça peut vous faire penser (moi le premier et à tort) à un énième jeu indépendant achetable au fin fond du magasin Steam et bien non que neni ! Il s’agit là d’un authentique remake HD du jeu d’origine Wonderboy 3 du même nom sorti en 1989 sur la Game Gear, la Sega Master System et le PC Engine ! (le coup de vieux je n’étais même pas né)

4101142226_98f2b65866

Initialement édité par Sega, développé par Westone et imaginé par Ryuichi Nishizawa le jeu vous fait découvrir un monde coloré dans lequel évolue un héros du nom de Book qui se retrouve transformé en mi-homme mi-lézard par un méchant dragon nommé Meka-Dragon. Votre quête est alors de trouver un remède pour redevenir humain mais la tâche ne sera pas aisé car le pays des Monstres est peuplé de nombreux pièges et d’ennemis plus féroces les uns que les autres. Heureusement vous pourrez compter sur les nombreuses transformations à la disposition de Book: en un éclair devenez lézard, souris, faucon ou même un majestueux lion ! (je voudrais déjà être roi !!!!)

Chacune de ces transformations possèdent des talents particuliers plus ou moins utiles en fonction du type d’ennemi rencontré ou pour franchir certains obstacles. Car oui au cas où vous ne l’aurez pas déjà devinez il s’agit d’un jeu de plateforme avec toutefois une dimension RPG puisque votre personnage possède un équipement qu’il peut améliorer au fil de l’aventure et qui influe sur vos caractéristiques en combat.

WonderBoyTheDragonsTrap-04

Ce jeu remis au goût du jour donne bien envie par sa patte artistique colorée et fun et change des classiques Mario et cie. Personnellement  n’étant pas fan des jeux de plate-forme il se pourrait que je me laisse séduire par ce jeu lors de sa sortie.

Petite particularité qui plaira aux fans les plus nostalgiques de l’époque du 8-bits: il est possible en pleine partie de passer en pressant un bouton du mode HD au mode rétro en un instant ! Un petit plus original à souligner quand on connait la tendance actuelle pour les jeux de plateformes  à refaire du rétro. (sans grand succès hélas…) Pas d’info hélas concernant le prix du jeu pour le moment, on sait toutefois qu’il devrait sortir pour le 18 avril avec un léger décalage pour la version PC.

Si vous voulez plus d’infos, notamment sur le blog des développeurs qui ont entrepris ce projet un peu fou de déterrer ce jeu n’hésitez pas à vous rentre sur le site officiel du jeu (attention pour les anglophobes il est en anglais) où des interviews et du contenu est présenté.

Voilà c’est tout pour aujourd’hui je vous dis à bientôt pour un nouvel article, bonne lecture et restez geek ! 🙂

 

WonderBoyTheDragonsTrap-B005

Site officiel du jeu

 

Test : Persona 5

Persona 5


Plateformes : PlayStation 4, PlayStation 3
Studio : Atlus
Genre : JRPG - Simulation - Enquête
Mode de jeu : Solo
Date de sortie :04 avril 2017

Trailer officiel

(Garantie sans SPOIL)

« Dans un monde de pervers, le Persona est ROI« 

       2858441-2858338-p6

        Voici un nouveau test en compagnie du Q.G et attention pas n’importe quel test, celui de Persona 5 (ouais on dirait que c’est un événement formidable).
Et bien oui, c’est un moment formidable, pour un jeu formidable (ahah).

Enfin, pour moi néanmoins. Mais, il est vrai que l’ensemble des critiques ont été unanimes : un des meilleurs JRPG !
Alors, moi, je vous le dis tout de suite, je suis extrêmement fan de ce jeu (non, pas au point de vouloir jeter mes sous-vêtements dans les airs). Mais, rassurez-vous, je saurai rester impartial quant au contenu, au Gameplay, ainsi qu’à l’histoire.

Petit détail aussi, avant de rentrer dans le vif du sujet, je ne vais rien spoiler. Premièrement, parce que les studios Atlus sont relativement sévère quant au spoil de leur jeu, mais aussi car je pense que c’est encore mieux de découvrir le jeu par soi-même. Honnêtement, il regorge d’histoire, d’aventures, de petites anecdotes bien sympas et de pleins de petites choses qui vous feront profiter au maximum de ce volet de la sage des Persona.

Enfin, tout d’abord, commençons par un petit synopsis.

L’histoire débute dans le Tokyo moderne (plus précisément prêt de Shibuya). Le protagoniste que vous allez contrôle (que je nommerai le « Joker ») peut porter le nom que vous voudrez lui donner. C’est déjà une bonne chose, assez rare dans les JRPG où la plupart du storyboard est, quand même, relativement imposé.

Le Joker est un jeune homme torturé par un passé qui n’a pas forcément joué en sa faveur. Ce dernier devra donc se faire une place dans sa nouvelle école, tenter de se faire des amis et trouver la force nécessaire pour mettre fin à un fléau d’un genre étrange qui plane sur le quartier de Shibuya…

« Petits problèmes, grandes résolutions« 

persona-5-screen-08-ps4-us-30jun16

Tout d’abord, une chose que je trouve particulièrement génial dans ce jeu c’est la multitude de phase de Gameplay qu’il propose.

Premierement : des phases de simulation, dans lesquelles il faudra réviser pour les examens, s’acheter des choses pour pouvoir vivre et passer le temps, aller en cours et répondre a des questions diverses et intéressantes. Vraiment, c’est un peu comme un Visual Novel. Je ne sais pas si vous avez eu l’occasion de jouer a certains VN, mais c’est le même principe et c’est plutôt sympa de gérer un peu la vie de son personnage.

Deuxièmement : gestion/RPG, ou il vous faudra cette fois, gérer l’inventaire de tous vos coéquipiers, chercher a gagner de l’argent en faisant des petits boulots, entretenir vos relations avec chacun des personnages de l’histoire (voir même entretenir une relation avec l’un d’eux).

Et enfin : la vraie partie Gameplay JRPG avec du combat au tour par tour, des combos de sorts (qui me font un peu penser a Pokemon avec une certaine gestion de sorts de plante, de feu, Electricité, d’eau, de glace, de ténèbres, etc…), la possibilité de se servir de tous les ennemis comme partenaire (Persona) et le choix des partenaires qui peut s’avérer décisif dans certains combats, surtout contre les boss.

1394880

La durée de vie du jeu est aussi, quant a elle, assez impressionnante. Pour tout vous dire, je n’ai même pas fini le jeu a l’heure ou j’écris ce test, j’en suis a 50h de jeu et je crois que si je devais mettre un pourcentage sur l’avancée dans l’histoire, elle doit se situer autour des 15/20%.

Il y a tellement de chose a faire, a visiter, a penser, a explorer et a trouver. De plus, le choix de la difficulté impactera réellement sur votre jeu. Pour ma part, j’ai choisi de jouer en  »MERCILESS » (sans merci, pour les plus demeurés mouahah). Et, de ce fait, je dois dire que j’avance très lentement et que les combats sont vraiment difficiles.

Mais au final, ce sont toutes ces choses qui font que le jeu est bien et passionnant. Le jeu est pleins de mystères que je n’ai pas encore pu découvrir et je vous conseille vraiment de vous y mettre le plus rapidement possible (enfin, pour les détenteurs d’une PS4 ou d’une PS3, parce que, malheureusement pour les autres, le jeu n’est disponible que sur PlayStation)

3127214-p0

Et enfin, je vais finir sur les DEUX petites choses qui m’énervent dans ce jeu :

  • le système de camera et de mouvement du personnage. La plupart du temps le personnage rentre dans les murs et fait des actions vraiment improbables, ce qui a pour cause de vous faire réessayer plusieurs fois avant de réussir a sélectionner l’objet avec lequel vous vouliez interagir.
  • et enfin les dialogues. Alors oui, les dialogues sont le propre des VN, mais la c’est avant tout un JRPG et il y a des dialogues (sans vous mentir), sans les passer, tu perds 20 minutes de ta vie…. Alors, si encore le jeu était traduit en français, je ne dirai rien, mais la, en anglais, c’est pas toujours évident de tenir le rythme pendant une aprem entière concentré sur les dialogues.

NOTE DU Q.G : 18/20

Points positifs Points négatifs
53327 Des Gameplay varies et bien rythme qui donnent envie de continuer a jouer pendant des heures

53327 Une ambiance, des dessins et une musique qui collent très bien à l’univers du jeu

53327 Une durée de vie intense

53327 Des personnages attachants et un univers vraiment magnifique

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Une camera folle

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Pas de traduction française et des dialogues parfois trop longs

Prochaine sortie : Les Gardiens de la Galaxie Telltale Series

Plateformes : PlayStation 3 et 4, Xbox One et 360, PC, Mac, iOS et Android
Studio : Telltale Games
Genre : Aventure - Narratif 
Mode de jeu : Solo
Date de sortie :18 avril 2017

Trailer officiel

« Nous s’appelle Grooooooot !!!!!! »

Vous l’attendiez tous (ou pas) mais voici de retour pour votre plus grand plaisir (le mien en tout cas) l’équipe de choc des Gardiens de la Galaxie dans leur propre aventure vidéo ludique sous le format Telltale et ce dès le 18 avril prochain !

Un jeu Telltale késako ? Les studios Telltale Games sont aujourd’hui connus pour leurs jeux narratifs à succès tels que The Wolf Among Us, The Walking Dead, Game of Thrones ou récemment Batman. C’est un jeu dans lequel VOUS êtes le héros ! Enfin presque puisque que vous incarnez des personnages dans une histoire palpitante où les choix que vous effectuez ont tous ou presque des conséquences sur les personnages qui vous entourent et sur le déroulement de l’histoire. Oubliez ici les combats nerveux, le farm d’exp, les parties classées stressantes sur du Overwatch et détendez vous devant ces mini-films interactifs.

Cette fois-ci Telltale se lance à la conquête de l’espace avec les héros méconnus de l’univers Marvel: les Gardiens de la Galaxie. Si vous n’avez pas vu le film ou si vous êtes peu familiers avec l’univers voici un petit récap sur ces personnages hauts en couleurs et à l’humour décalé. L’univers des Gardiens de la Galaxie est assez particulier: on y suit les aventures de Star Lord, Gamorra, Draxx, Rocket Racoon et Groot dans l’espace aux prises d’ennemis menaçant la paix intergalactique comme Ronan l’accusateur (grand méchant du premier film) ou la menace des aliens Kree. C’est notamment ce comics Marvel qui plante le décor pour l’Infinite War, sorte de guerre entre tous les super-héros et vilains Marvel pour s’emparer des pierres de l’infini qui confèrent des pouvoirs quasi-divins.

Bref, ici nous allons donc découvrir leurs aventures inédites à travers 5 épisodes, comme pour chaque saison d’un jeu Telltale, achetables individuellement en dématérialisé, en season pass ou en version physique. Le premier épisode est intitulé « Tangled up in blue » et coûtera environ 5 euros. On ne sait encore que peu de chose si ce n’est que le joueur incarnera le taquin Star Lord et que les gardiens vont mettre la main sur un artefact ( surement l’une des pierres de l’infini) et tenter d’empêcher un ennemi puissant de s’en emparer et déclencher une guerre.

Si vous aimez les comics, si vous aimez l’espace, la science fiction et les jeux narratifs alors je vous conseille fortement de prendre ce jeu, vous ne serez pas déçu ! Les studios Telltale ont jusqu’à présent su toucher les joueurs on peut espérer que ça sera encore le cas ici ! Sachez aussi que la suite de leurs aventures au grand écran est prévue pour le 26 avril prochain donc si vous tombez amoureux de ces héros n’hésitez pas 🙂

Voila pour ce petit aperçu, à plus sur le Q.G !

En cadeau, un petit trailer du film :

Test : This is the Police !

This is the Police !


Plateformes : PlayStation 4, Xbox One et PC
Studio : Weappy Studio
Genre : Simulation, Enquête - Narration
Mode de jeu : Solo
Date de sortie :22 mars 2017 sur console et le 2 aout sur PC

Trailer officiel

(Pas vraiment de spoil dans l’article mais quelques informations données sur le déroulement que peut-être certains voudront éviter)

« Ripoux, 2 fois sur 10 seulement, ça va non ?« 

       This-is-the-police-2

        Bienvenue à tous dans ce test sur  »This is the Police », petit jeu indépendant de Weappy Studio (un studio Biélorusse si ça vous intéresse de savoir).
Ce jeu est vraiment bien ! Oui j’aime commencer ainsi, on dirait que j’ai déjà tout dit et que je vais m’arrêter là, mais non, il va bien y avoir une suite.
Alors, comme je vous le disais à l’instant, ce jeu est vraiment bien. Il a quelque chose d’authentique, sans tabous (et pourtant, oh qu’il y en a des tabous dans notre société actuelle). Il est souvent difficile de rire sur des sujets assez sensibles, mais Weappy Studio s’est dit :
« Nous on s’en fiche, on est loin de tout le monde et on sait rire de tout alors, ceux qui n’ont pas d’humour, qu’ils aillent se faire voir » (je reste poli vous avez vu ?).

Donc oui, honnêtement, j’ai réussi à rire dans un jeu qui parle de viols, de meurtres, d’alcool, de sexe, de drogues et de tout un tas de trucs pas très joyeux.
Alors attention hein, je vous préviens tout de suite, je ne suis pas un psychopathe qui rigolait de ce genre de choses en me disant « gniark gniark gniark, j’adore tout ça dit donc ». Non, je vous arrête tout de suite, quand je dis  »j’ai rigolé » c’est surtout dans les tournures des phrases et les actions assez marrantes que l’on pouvait faire dans le jeu.
Un exemple tout bête. Dans une  »mission », une femme veut égorger un homme devant un Sex-Shop et bah le jeu nous offre le choix de balancer une poupée gonflable dessus ! C’est vraiment la dernière chose que l’on ferait bien sûr, mais c’est drôle d’essayer (je vous assure).

Et c’est comme ça dans tout le jeu. Une suite d’événements plus comiques les uns que les autres (pas tous non plus hein) qui fait qu’on passe un bon moment.

« Des choix souvent difficiles à faire« 

newsjuly28_police2

Revenons en au jeu donc.
L’histoire se déroule dans la petite ville de Freeburg. Alors, honnêtement, elle n’en a que le nom de Free, parce qu’entre la mairie et son maire véreux et la mafia qui règne sur les 3/4 de la ville, elle n’a pas le loisir d’être dans les petites brochures des offices de tourisme.

Et c’est à vous de faire le boulot (ou pas). Parce que oui, dans ce jeu, vous pouvez très bien choisir de ne rien faire.
Exactement, vous pouvez poser votre cul de chef de la police et vous allumer un bon gros cigare et regarder la ville partir à feu et à sang. Je vous promets pas que vous survivrez bien longtemps, mais vous pouvez.
D’ailleurs, j’ai même réussi à mourir en 18 jours (sur 180) alors que je faisais mon boulot. Ce jeu n’est pas évident, il faut bien se le dire. Déjà que tout le long du jeu on contrôle une équipe de bras cassés (je parle des policiers que l’on doit envoyer sur le terrain).

Alors je vais vous expliquer un peu comment se décompose le Gameplay du jeu =>
Le jeu tire partie de deux Gameplay différents.
La première (que vous rencontrerez dès le début du jeu) est la partie narrative à choix multiples :

police5-noscale

La deuxième est la gestion d’une journée en tant que chef des forces de l’ordre :

This-Is-the-Police-3

Honnêtement, à regarder comme ça, ça ne permet pas des plus intéressant (surtout si vous n’êtes pas fan de jeux de simulation), mais même pour ceux qui n’aimeraient pas, je vous promets que vous apprécierez vite y jouer.
Bien entendu, c’est un jeu auquel vous ne jouerez pas tout le temps, mais une fois dedans et l’histoire lancée, il est difficile de s’arrêter.

Maintenant que le Q.G a lancé pleins de petites fleurs sur « This is the Police ! » que pourrait-on bien dire de négatif ?
Alors, pour beaucoup, ce serait les graphismes. Moi je trouve que c’est ce qui fait le charme du jeu, mais ça ne plait pas forcément à tout le monde, donc c’est important de le souligné.
Ensuite, c’est vrai que même si le jeu est superbe, c’est parfois répétitif : envoyer une escouade ici, envoyer une escouade là-bas et attendre que les choses se fassent. Alors, heureusement, les petites histoires (comme je vous le disais plus haut) sont amusantes et vous feront donc sourire la plupart du temps, alors ça va, c’est pas un grand défaut.
Et enfin, une dernière petite chose ; je vous parlais d’humour un peu tabous parfois (pour certains). Et bien, ça peu quand même avoir quelques effets négatifs des fois. Quand par exemple le jeu te demande de virer tous les policiers de couleur noire de ton équipe et que, si tu ne le fais pas, tu perds de la réputation (oui, personnellement, j’ai du mal à accepter ce genre de choix). Alors oui, il faut le prendre sous un autre angle, mais ça peut sûrement gêner quelques personnes sans doute.

Voilà, je pense avoir dit le principal et j’espère que vous serez tentés par le jeu ! À la prochaine fois pour un test du Q.G !

NOTE DU Q.G : 16/20

Points positifs Points négatifs
53327 Un humeur complètement déjanté (un peu trop parfois)

53327 Une ambiance, des dessins et une musique qui collent très bien à l’univers du jeu

53327 Un Gameplay sympathique qui vous mettra dans la peau d’un policier, ou d’un ripoux (qui n’aimerait pas ?)

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Un peu répétitif à force

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Des choix parfois difficiles à faire pour certains

Test : KONA

KONA


Plateformes : PlayStation 4, Xbox One et PC
Studio : Parabole
Genre : Aventure - Survie
Mode de jeu : Solo
Date de sortie : 17 mars 2017

Trailer officiel

(Pas vraiment de spoil dans l’article mais quelques informations données sur le déroulement que peut-être certains voudront éviter)

« Oh Canada, sweet Canada« 

kona-review

       Les années 70, le Canada, le froid et les caribous, c’est ainsi que Carl, brillant détective québécois, se rend sur les lieux de sa prochaine enquête « le lac Atâmîpek »

Le jeu nous plonge vraiment dans l’ambiance dès le début.

Une voix-off (celle de notre personnage) soigné, avec juste ce qu’il faut d’accent québécois pour ne pas être trop dur à comprendre pour nous autres français.
Petit fond de musique canadienne (soit dit en passant) qui fait sourire et qui donne encore plus de cachet au jeu.

Les décors sont vraiment sympathiques et donne envie d’être explorés. Il n’y a pas vraiment de vide et pleins de petits secrets sont à découvrir si vous cherchez bien. Ils ne sont pas utiles vis-à-vis de l’histoire principale, mais ils apportent ce petit  »quelque chose » qui fait que le jeu est bien réussi. Entre petite maison (typiquement canadienne d’après les dires de Carl), les loups, les parties de chasse au trésors, etc… vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer.

« Être vite sur ses patins« 

Le jeu débute au volant d’une voiture.
Carl nous raconte donc un peu le but et la raison de sa présence avant d’éviter de justesse une voiture qui manque de peu de lui rentrer dedans. Et c’est là que la première grande surprise apparaît.

Dans les vapes, le protagoniste se réveille donc et, de la neige partout. Attention, pas de la petite neige. Il y a bien 60 centimètres de neige qui ont dû tomber entre le moment de l’accident et le réveil de Carl (je tiens à préciser que l’accident n’est pas très impressionnant, il s’enfonce juste dans la chaussée…). Honnêtement, j’ai passé quand même un petit moment à me demander comment une telle chose était possible. Bon, il est vrai que le Canada est réputé pour ses chutes de neige d’une grande intensité, mais quand même, en 5 minutes ?!? Enfin bref, vous comprendrez, dans tous les cas, bien vite le pourquoi du comment.

Ce détail étonnant vite passé, on se retrouve dans le but même du jeu : la survie et l’aventure.

Ces derniers temps, (et beaucoup d’entre vous le savent surement déjà) les jeux de survie rencontrent un véritable succès (The Forest, The Long Dark, …) et il n’est pas étonnant de voir ce type de jeux apparaître à présent sur toutes les plateformes.
D’ailleurs, le jeu fait beaucoup pensé à « The Long Dark », avec une histoire qui est bien ficelée en plus de ça (l’éternel early-acces n’aidant pas évidemment).

gamescom_-_kona_-_screenshot_4_wolves

Le côté survival est bien moins poussé qu’un jeu de type survie.
Ici ne sont présent que la santé mentale, la vie et la gestion du froid (contrairement au crafting disponible habituellement).
Il vous faudra néanmoins fouiller de fond en comble pour trouver tous les petits objets utiles à votre survie (soyons honnête, le matériel pour faire du feu), ainsi que les documents nécessaires à l’enquête que vous menez (parce que oui, n’oubliez pas que là il s’agit de résoudre une enquête en premier lieu et pas juste de survivre).
En parlant d’ailleurs de la fouille et du Gameplay, il y a plusieurs petites choses qui m’ont déranger. Cela ne m’a pas enlevé le plaisir du jeu, mais quand il faut tous les deux mètres appuyés sur  »option » pour remettre son arme dans les mains…(oui, sur PlayStation il existe peut-être un moyen de mettre des raccourcis, mais dans ce cas je vous jure que je ne l’ai pas trouvé. Si vous le savez n’hésitez pas à me dire comment).
Pour vous expliquer clairement de quoi je parle. Dans le jeu, il va falloir sortir sa carte très régulièrement pour savoir la direction que l’on prend et surtout ne pas se perdre (histoire de pas mourir de froid), donc il y a un raccourcis pour sortir la carte, mais aucun pour votre arme…et comme le Canada est infesté de cari…de loups. Et bien, il vaut mieux sortir couvert !

Hormis cela, le déroulement de l’enquête est plutôt bien ficelé et il vous faudra de bonnes heures devant vous pour fouiller la région de long en large afin de connaître le fin mot de l’histoire.
Déroulement qui sera parfois entrecoupé de chargements agaçants !
Je m’explique.
N’ayant pas de système de chargement lorsque vous entrez dans des bâtiments ou autres, il y a de temps en temps des coupures d’une dizaine de secondes à des moments où vous ne vous y attendez même pas (vous marchez gentiment dans la neige et puis PAF…)

Au final, le jeu est vraiment sympathique dans son genre. Si vous aimez les jeux de survie et d’énigmes, ce jeu est pour vous. Il ne coûte pas cher et vaut la peine de passer quelques heures dessus pour remercier le studio Parabole de ce petit morceau de Canada !

NOTE DU Q.G : 15/20

Points positifs Points négatifs
53327 Un bon scénario bien ficelé

53327 Une ambiance vraiment énorme qui nous fait nous sentir dedans à chaque instant

53327 Une carte relativement grande et sympathique à explorer

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Gameplay parfois embêtant et pas très intuitif

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Des césures vraiment intempestives