Chrono-Actu : Les premières images de l’extension « Little Nightmares » sont arrivées

Bandai Namco a dévoilé les premiers images ainsi que des infos sur l’extension de « Little Nightmares » intitulée « Secrets of Maw ».

L’extension se déroulera en plusieurs parties dont la première arrivera en juillet.
les autres parties arriveraient en novembre et enfin en janvier 2018.

Cette extension racontera la tentative d’évasion d’un autre habitant du sous marin pensionnat.
Le héros explorera des parties du pensionnat encore jamais vu dans le jeu de base.

Voici comment le développeur annonce ce qui va arriver : « Dans les Profondeurs, le premier chapitre sortant en juillet, le Fugueur explorera une cave inondée et en décomposition, où il devra tenter d’échapper à une mystérieuse menace rôdant sous les eaux.
En novembre, vous pourrez découvrir le Refuge, une section au thème plus mécanique, qui abrite les Nomes.
Le troisième et dernier chapitre prévu pour janvier décidera du sort du Fugueur »

Rendez-vous donc le 11 juillet pour la première partie.

Publicités

Chrono-Actu : Le premier DLC de Little Nightmares est annoncé

Tarsier Studios nous donne aujourd’hui les premières informations sur le DLC de son jeu poétiquement glauque que l’on pourrait rapprocher de l’univers de Tim Burton.

Ce DLC prendra le nom de « Secrets of the Maw » et nous fera découvrir des endroits encore inexplorés de l’orphelinat sous-marin qu’est The Maw.

Cette annonce a été faite via le compte twitter du jeu avec une photo (que vous retrouverez ci-dessous) et la légende suivant : « I’m stuck here…We’ve always been stuck here. Now we are taking our chance » (Je suis coincé ici… Nous avons toujours été coincés ici. Aujourd’hui nous saisissons notre chance).

Aucune date de sorti pour le DLC n’a encore été communiqué.

little 2

Chrono-Actu : Un potentiel DLC pour Little Nightmare

Bandai Namco Entertainment a dévoilé un nouveau trailer annonçant peut être un futur DLC?

Ce trailer nous montre le jeu et son ambiance un peu à la sauce Tim Burton mais à la fin, on peut voir un jeune garçon aux cheveux hirsutes que l’on n’avait jamais vu jusqu’à présent.
Potentiellement le prochain hero d’un futur DLC? l’avenir nous le dira avec une confirmation de la part de Bandai.

Test : Little Nightmares

Little Nightmares


Plateformes : PlayStation 4, Xbox One et PC
Studio : Tarsier Studio, Bandai Namco
Genre : Plateformes
Mode de jeu : Solo
Date de sortie : 2 avril 2017

Trailer officiel

« Avez-vous peur du noir ?« 

Little-Nightmares.png

BOUH ! Je vous ai fait peur, avouez !

Et puis, si ce n’est pas le cas, peut-être que Little Nigthmares réussira à réveiller les cauchemars de votre tendre enfance, qui sait ?

Pour ma part, le jeu ne m’a pas vraiment fait peur. Mais au final, ce n’est pas très grave, car le réel but de ce jeu n’est pas de vous donner des frissons ou de vous effrayer, mais plus de vous poser dans une ambiance un peu glauque et assez gênante. Et ça, pour le coup, c’est plutôt bien réussi.

Effectivement, le petit garçon (enfin, je crois, je ne suis pas allé vérifier sous le parqua, rassurez-vous) est quand même bien flippant. Son grand parqua jaune, son allure squelettique et sa tendance à souffrir, rendent l’ambiance un peu étrange. Il n’est pas spécialement rare pourtant, de jouer un enfant dans un jeu, mais c’est vrai que ça reste encore un peu éloigné de nos habitudes de voir des enfants assistant à des pendaisons, être positionnés dans des ambiances glauques et autres éléments où ils n’ont rien à y faire.

Personnellement, ça ne m’a pas dérangé, mais je préfère prévenir (peut-être que certains d’entre vous ont du mal avec ça). Pour ma part, je pense que c’est ce qui fait tout le jeu au final : un petit garçon perdu dans ses cauchemars, c’est souvent une vision assez dérangeante pour lui, donc la retranscrire à un public adulte était sans doute compliqué sans passer par un registre glauque et perturbant.

Scénario, que nous réserves-tu ?

Dans Little Nightmares, vous allez prendre le contrôle d’un jeune garçon en parqua sans vraiment comprendre où vous êtes, ni ce que vous devez faire (même s’il paraît vite logique de vouloir sortir de l’endroit louche dans lequel vous serez amené à vagabonder). Le jeu commence dans un  »espèce de conduit d’évacuation des eaux » (en tout cas, ça y ressemble) au sein d’un bâtiment sombre et froid. L’enfant se réveille, endormi sur une valise et le monde est 3 fois plus grand que ce qu’il devrait être pour lui en principe. Telle une souris donc, vous partirez à la découverte de ce lieu dangereux et absent de toute lumière naturelle. Vous aurez alors à résoudre quelques énigmes qui vous demanderont, parfois, un peu de jugeote (bien que le jeu reste quand même relativement simple) et vous devrez échapper aux étranges individus qui habitent les lieux.

Au final, le scénario est assez simple et je ne vais pas vous spoiler l’histoire, car là le jeu est relativement court donc ça serait vous gâcher le plaisir si le jeu vous donne envie !

A vous de découvrir le pourquoi du comment !!!

« Petite lumière, montre moi le chemin« 

little-nightmares-gameplay-demo

Niveau GamePlay, le jeu est assez simple. Evidemment, il est rare d’avoir des tonnes de choses à gérer dans un jeu de plateforme, mais c’est important de soutenir la facilité et le côté intuitif de la chose.

Sauter, allumer la lumière, courir et vous agripper seront vos seuls devoirs ! Les touches sont facilement et rapidement appréhendables.

Les gâchettes vous serviront à vous agripper aux rebords ou à attraper des objets (plus exactement, elles contrôlent vos bras) ; et contrairement à d’autres jeux ou sauter suffit à faire la gestuelle restante de s’accrocher, dans Little Nightmares vous aurez vous-même à appuyer au bon moment sur les gâchettes pour ne pas tomber stupidement dans le vide (comme il m’est arrivé de le faire plus d’une fois). D’ailleurs, en parlant de tomber dans le vide, comme le jeu à une caméra qui se situe parfois assez loin de son personnage, les profondeurs ne sont pas toujours évidentes à constater…

Je m’explique !

Lorsque l’on se trouve dans de grande pièce, la caméra s’éloigne du personnage pour nous offrir un regard plus grand sur l’ensemble des éléments se situant autour de nous, mais le visibilité de la profondeur, elle, en est réduite. Souvent, dans des moments où l’on se retrouve sur un pont ou de chaque côtés le vide est présent, on a du mal à se diriger sur ce dernier sans tomber comme il est difficile de voir où le personnage marche en rapport avec les bords…(surtout dans les moments de stress où il faut en plus de ça sprinter pour éviter des ennemis ou autres dangers).

L’avis du Q.G :

Ce que j’en ai pensé ? Honnêtement c’est un bon jeu de plateforme ! Et je parle en tant qu’habitué de ce genre de jeux. L’ambiance est bien, les décors sont un pur plaisir et le scénario est évolutif donc on en apprend plus au fur et à mesure, ce qui est agréable, car généralement les jeux de plateformes ne sont pas vraiment très développés scénaristiquement parlant. En revanche, je tiens à préciser que c’est un jeu solo. Oui, cela paraissait évident ; mais ce que j’entends par là, c’est que vous ne prendrez pas vraiment de plaisir d’y jouer en live ou avec quelqu’un auprès de vous. Il demande une immersion assez grande pour en profiter pleinement et ne pas risquer de le finir en 3h sans avoir vraiment compris, ni en étant réellement immergé dedans.

Oui, 3 heures, il n’est pas très long mais il vaut vraiment la peine ! C’est un jeu que je vous conseille pleinement si vous aimez le genre.

Au plaisir et n’hésitez pas à laisser un petit commentaire

image_little_nightmares-34325-3178_0007

NOTE DU Q.G : 15/20

Points positifs Points négatifs
53327 Une ambiance agréable et gênante qui colle parfaitement à l’univers

53327 Un scénario bien arrangé qui nous fait nous rappeler de nos cauchemars d’enfant

53327 Un GamePlay simple et efficace

53327 Un personnage principal et des personnages bien travaillés

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Une caméra pas toujours évidente, surtout dans les grandes pièces

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Un jeu bien trop court, malgré qu’il soit vraiment bien