Test : Outlast 2

Outlast 2


Plateformes : PlayStation 4, Xbox One et PC
Studio : Red Barrel Studio
Genre : Survival Horror
Mode de jeu : Solo
Date de sortie : 25 avril 2017

Trailer officiel

« Balade en hélicoptère« 

outlast-2-gameplay-preview

Bienvenue à tous dans ce nouveau test du Q.G.

Après 3 lives sur Outlast 2, je me décide enfin à venir parler par écrit sur le sujet. Environ 20 heures de jeu me permettent à présent de parler (je pense) suffisamment bien de ce jeu. Suite à un Outlast 1 qui avait marqué les esprits pour son côté Survival-Horror bien effrayant au sein d’un asile rempli d’étranges individus, ce deuxième opus réussit-il (de notre point de vue en tout cas) à faire le même effet ?

Et bien, c’est ce que nous allons voir !

Tout d’abord, pour ceux qui ne seraient pas très au courant de l’histoire du jeu, je vais me faire une joie de vous la résumer brièvement :

« Suite au décès d’une femme enceinte qui se serait étranglée elle-même aux abords d’une forêt, Lynn et son mari (que vous incarnez) partent en vadrouille en hélicoptère afin de faire un reportage sur le sujet et élucider ce  »meurtre ». Malheureusement pour eux, l’hélicoptère se crash et ils se retrouvent alors mêlés à un conflit entre une étrange secte chrétienne et des hérétiques priant le sexe, la violence et le démon »

Bref, honnêtement, je ne trouve pas le scénario de fond très attachant, mais bon, ce n’est pas réellement ce qui nous intéresse à vrai dire dans ce genre de jeu, type Survival-Horror (quoiqu’avec Alien Isolation, le scénario était quand même bien ficelé et rajoutait quelque chose au jeu).

Bon, lancé dans le jeu, je n’ai pas ressenti tout de suite la trouille que j’avais en me lançant dans Outlast 1. Cela est dû, je crois, au fait que l’ont soit en extérieur. C’est bête, mais j’ai eu l’impression de me sentir plus protégé qu’autre chose à croire que je pouvais courir comme un dératé partout pour échapper à ce qui allait (sans doute) me poursuivre par la suite.

Le début est plutôt calme à vrai dire, le protagoniste cherche désespérément à retrouver sa femme (qui a disparue suite au crash) et bien évidemment, au milieu d’une forêt sombre et après avoir découvert le cadavre éventré du pilote de l’hélicoptère, sa première réaction est de s’engouffrer, caméra à la main. Bon, d’accord, je chipote un peu parce que c’est le principe même du jeu de jouer caméra à la main. Mais dans l’asile, ça me paraissait plus crédible, je ne sais pas pourquoi.

Du coup, niveau chair de poule, je trouve que cet épisode ne nous gâte pas vraiment. Alors après je suis peut-être difficile à effrayer, mais pourtant le 1 avait vraiment bien fonctionné sur moi… Les seuls moments où je devenais un peu tendu et que le frisson montait en moi, étaient quand on se trouve dans l’école (je vous laisserai le découvrir par vous-même). Comme je le disais, je pense que le côté  »extérieur » n’aide pas beaucoup. Le gore est plus présent que l’horreur ! L’ambiance est surtout malsaine plus qu’autre chose.

« Moi vouloir câliiiiiin« 

outlast 3

Et pour le GamePlay, les ennemis, le fond du jeu en bref ?

Pour ceux qui ont eu l’opportunité de jouer au 1, vous retrouverez vite vos repères, car rien n’a changé (même pas la vitesse de consommation des piles)… Non, franchement, quand on est un caméraman envoyé pour faire un reportage en hélicoptère, on a quand même à ses côtés une caméra qui dure plus longtemps que 5 minutes en mode  »nuit » »… Et attention, je parle de cette vitesse de consommation en mode normal, qu’en est-il du mode psychose ? Mais ce n’est pas fini !!! Le personnage avance plus lentement allongé, qu’accroupi et comme le jeu se passe majoritairement à l’accroupi, on avance aussi vite qu’une grand-mère en déambulateur…

Et d’ailleurs, je vais faire une petite gueulante sur la difficulté du jeu et l’intelligence de l’I.A que je trouve complétement à chier…

Peut-être qu’il en est ainsi parce que je n’ai joué qu’en normal, mais même… Ma première heure de jeu à consister à :  »COURIR COMME UN CON ET M’ALLONGER »

Franchement, dans Outlast 1, je me rappelle avoir passé 45 minutes sous un lit pour examiner la trajectoire d’un ennemi… Voilà ce qu’il manque réellement à Outlast 2 –> une intelligence artificielle.

Parce que franchement, dès qu’un ennemi s’apercevait de ma présence (et il y a des témoins sur Twitch), je courais comme un con autour d’une maison et le mec abandonnait clairement sa chasse…

Donc oui, le jeu est beau graphiquement, ça je ne peux pas le nier ; il donne quelques frissons, surtout dans les passages dans l’école ; il est bien gore et parfois dérangeant, MAIS, il n’est pas à la hauteur d’un Outlast 1 et s’éloigne progressivement du Survival Horror pour rentrer dans l’Horror tout court…

Au final, au Q.G, on cherche encore la lumière au bout du tunnel des Survival Horror qui nous fera vivre une aventure aussi sympa que celle que l’on a connu dans Outlast 1 !! Et, les ennemis d’Outlast 2 cherche aussi avec nous 😉

Bye

outlast2

NOTE DU Q.G : 10/20

Points positifs Points négatifs
53327 De beaux graphismes à la hauteur des consoles de la dernière génération

53327 Un côté gore qui peut plaire à certains

53327 Quelques rares frissons

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Une intelligence artificielle vraiment à l’ouest

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Rien de nouveau sur le plan scénaristique

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Trop peu de Survival dans ce jeu comparé à son prédécesseur

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Une amélioration nécessaire du GamePlay, notamment pour les piles et pour l’avancée en accroupi

Publicités

Test : WonderBoy Dragon’s Trap

WonderBoy Dragon’s Trap


Plateformes : PlayStation 4, Xbox One et PC
Studio : Westone
Genre : Action - Plateforme 2D - 8Bit
Mode de jeu : Solo
Date de sortie : 18 avril 2017

Trailer officiel

« Veux-tu être ma WonderGirl ?« 

_1938003b

Faisant suite à l’article de mon cher et estimé collègue ArganThor, je vais vous parler en détail de ce que le Q.G a pensé de ce jeu et de la note qu’il convient de lui attribuer (selon nous, bien entendu ! Non, parce que j’en connais deux, trois qui se demandent sans doute d’où est-ce que l’on sort nos notes ? Et bah de nos têtes, tout simplement).

Vous le savez sans doute déjà (enfin je l’espère, sinon cela voudrait dire que vous n’avez pas lu l’article : ici), Wonder Boy Dragon’s Trap est un jeu qui est sorti en 1989 et qui refait son grand retour, autant pour les fans de la première heure que pour les ingénus (dont je faisais partie, je l’avoue) qui ne connaissaient pas le titre.

Je dois dire que ce fut une étonnante surprise, voir même une très bonne surprise.

Amateur de jeux de plateformes, je ne pouvais que me jeter dessus, et c’est vrai, j’ai pensé au début (à tort) que ça allait être encore un de ces vieux remix que les studios font ces dernières années ne sachant plus quoi inventer.

Et bien détrompez-vous ! Enfin, certes, c’est un remix d’un jeu sorti en 1989, c’est vrai, mais c’est un putain de bon remix. Les studios Westone ont réussi le pari de remettre au gout du jour un jeu 8Bit (comme dirait JDG, dont je suis un grand fan, ‘ah ah, il a dit bit’).

Bref, tout simplement, le passage d’un jeu aux graphismes modernes (graphismes vraiment très beaus soit dit en passant) au passage 8Bit, vous fera sans doute plaisir si vous êtes amateurs/rices de jeux rétros.

« Saute, Bas, Attaque, Saute, Bas blblblblblblblbl…« 

2857881-1582433145-Wonde

Quand est-il du GamePlay ?

Facile à prendre en main, c’est un jeu de plateforme, tout ce qu’il y a de plus normal. On avance, on saute, on se protège, on attaque. C’est très intuitif et rapide à prendre en main, donc c’est parfait. C’est tout ce que l’on demande à un jeu de plateforme de toute manière.

Après, pour les connaisseurs du jeu, on retrouve tout ce qui existait à l’époque. Honnêtement, rien n’a changé, tout a été amélioré !

On passe par différents types de GamePlay juste en changeant de forme : dragon (à distance), souris (qui s’accroche aux murs), etc…

Et justement, on ne se lasse jamais. Il y a toujours un style de jeu diffèrent qui donne envie de continuer et surtout de persévérer.

Pour les Wonder, les vrais !

Vous vous rappelez de la difficulté d’un Teenage Mutant Turtles Ninja sur Super Nes ou encore d’un Pugsley’s Scavenger hunt ?

Eh bien, si vous choisissez de monter la difficulté au maximum (comme je l’ai fait), vous n’allez pas être déçu, je vous le dis.

A partir de la difficulté maximum, le jeu tourne vraiment en Try and Die  ! Vous n’avez pas de répit ! JAMAIS ! Sans parler de l’achat des cœurs qui coûte la peau des fesses… 20 pièces d’or pour 1 cœur, 45 pour 2, etc…

De plus, un petit sablier apparaît à côté de votre vie et se met à aspirer vos cœurs environ toutes les 10, 15 secondes. Déjà que dès qu’un ennemi vous touche, vous perdez ½ cœur, alors avec le sablier, ça devient vraiment hardcore ! Vous aurez intérêt à vous accrocher à votre canapé.

En bref, je vous conseille ce jeu de tout cœur. Vous allez vous arracher les cheveux si vous jouez en difficulté maximum, mais il en vaut la peine. Et de toute façon je n’ai plus de cheveux alors, dans mon cas, je suis sauvé !

WonderBoyTheDragonsTrap-B014

NOTE DU Q.G : 17/20

Points positifs Points négatifs
53327 Un remix qui redonne confiance au remaster des jeux

53327 Un GamePlay varié et génial

53327 Des graphismes remis à jour et une version 8Bit pour les nostalgiques ainsi qu’une bande son fantastique

53327 Une difficulté à vous faire rager, mais on aime ça

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Un rachat de cœur qui coute trop cher

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Rien de nouveau (mais c’est pas grave)

Test : Yooka–Laylee

Yooka–Laylee


Plateformes : PlayStation 4, Xbox One, PC et date indeterminee Switch
Studio : Playtonic Games
Genre : Aventure - Plateforme 3D
Mode de jeu : Solo
Date de sortie : 11 avril 2017

Trailer officiel

« RARE es-tu la ?« 

maxresdefault

Bienvenue a vous dans ce test de Yooka–Laylee (oui, moi aussi j’ai du m’y reprendre a plusieurs fois avant de le lire…et le dire correctement).

Alors, je ne sais pas vous, mais moi des que je lis ce titre de jeu, je pense immédiatement a Banjo–Kazooie !! Et pour le coup, ce n’est pas sans raison. Effectivement, le studio Rare n’existant plus, ses fondateurs ont créés un nouveau studio du nom de ‘…’ et on décide de remettre la plateforme 3D au gout du jour.

Pour ceux qui ne connaîtrait pas Banjo–Kazooie et bah, déjà va falloir vous y mettre parce que ce n’est pas normal et ensuite, c’est un des jeux emblématique de la Nintendo 64 en 1998 qui a mis en avant le jeu plateforme 3D. Certes, Mario 64 avait très bien réussi tout seul, mais Banjo–Kazooie reste un des piliers de la 3D de cette époque.                           Donc, Banjo–Kazooie est un jeu de plateforme, dans lequel on contrôle Banjo et Kazooie, deux amis soudés par un sac a dos (oui, c’est original) et qui devront mettre fin au règne de la terrible sorcière Gruntilda ! Je ne vais pas trop vous en dire plus, mais je vous conseille vivement d’y jouer. Il est facile de le trouver aujourd’hui grâce aux nombreux émulateurs mis en ligne, donc n’hésitez pas un instant.

maxresdefault (1)

Mais est-ce que le pari Yooka–Laylee est aussi bien réussi ?

« Les nécromanciens de la plateforme« 

2b0bb343a4eaabf21bafba84e0269fdb

Etant un grand fan de jeux de plateformes, je dois avouer que le jeu m’a vraiment plu. Haut en couleurs, marrants et ayant conservé tous les petits détails amusants de Banjo et Kazooie, je m’amuse vraiment bien avec ce petit jeu.

Première chose, la touche d’humour qui existait déjà sous B&K (c’est plus facile de le nommer ainsi a force de l’écrire) se retrouve une nouvelle fois dans ce jeu. L’ennemi principal, une grosse abeille nommée Big Boss, souhaite trouver un livre magique lui ouvrant la voie sur différents mondes. Il tente alors de s’emparer de tous les livres des royaumes afin de devenir le seul et l’unique détenteur de livres sur le marche (c’est sur que c’est plus simple de tout avoir pour trouver ce qu’on cherche). Yooka et Laylee qui perdent leur livre dans la foulée, se mettent alors en route pour le retrouver et vont donc aider les Pagies (les pages du livre magique) a se réunir pour reformer ce dernier.

L’intrigue est plutôt simpliste mais met bien en place la trame du jeu. Au fond, ce qui nous intéresse réellement c’est de jouer et de répondre a des énigmes. Car oui, si vous n’êtes pas amateur d’énigmes, vous n’apprécierez surement pas ce jeu. Il s’agit de savoir comment avancer dans le jeu et parfois cela pourra vous prendre un bon moment. Mais le jeu est amusant, relaxant et fait passer un bon moment. Il n’est pas extraordinaire, mais pour les amateurs du genre B&K et autres jeux de plateformes de l’époque Nintendo 64, vous prendrez sans doute votre pied sur ce nouvel opus.

2859690-yooka-laylee_bridgechase_1080p

NOTE DU Q.G : 14/20

Points positifs Points négatifs
53327 Un Banjo–Kazooie like comme on les aime

53327 Des musiques vraiment biens

53327 Des graphismes vraiment epoustouflants

53327 Un humour a l’ancienne

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Un controle et une camera a revoir

bfa_minus-circle_simple-red_512x512 Rien de vraiment nouveau, mais un bon jeu pour les nostalgiques

Chrono-Actu : Star Wars Battlefront 2

star-wars-battlefront-2-58f30afc4e66c

    Bonjour tout le monde,

Cette nouvelle rubrique du Q.G vous sera dorénavant proposé par ApexxPredatoor, un nouveau venu dans l’équipe du Q.G alors j’espère que vous lui ferez l’accueil qui s’impose en lisant ces articles chaque jour avec beaucoup d’attention !!! Cette rubrique aura pour but de vous tenir au courant, dans de cours articles, de l’actualité des jeux vidéo, alors soyez prêt à être bombarde d’infos.

star-wars-battlefront-2-58f30b06d7382

Avec l’arrivée très attendu de Star Wars Episode VIII en cette fin d’année (le 13 décembre pour être exact), EA et DICE nous ont prévu un Battle front 2 pour le 17 novembre 2017 sur PS4, Xbox One et PC.

Petite info pour les joueurs PC (tristesse aussi), un mode Coop en écran partagé est prévu pour consoles, mais pas pour la version PC… Malheureusement…

starwarsbattlefrontii-4-2-1492287837

Néanmoins, c’est une bonne nouvelle de savoir qu’ils ont appris de leurs erreurs en mettant à notre disposition un mode Coop et une histoire solo qui retracera les évènements se produisant entre l’épisode VI et l’épisode VII.

Pour votre plaisir, quelques petites images du jeu pour vous donner l’eau a la bouche !!